Le Yoga, adapté à la réalité de la personne?

La tradition Viniyoga insiste sur cet aspect essentiel : une pratique de Yoga doit être adaptée à la personne, dans sa globalité. Cette pratique est en lien avec les différentes dimensions de l’individu : physique, émotionnelle, mentale, psychologique, mais également familiale, professionnelle, sociale…et spirituelle. La globalité donc et les différentes couches de l’individu : des plus “grossières” aux plus “subtiles”; de “l’enveloppe corporelle” à “l’être intérieur”. Au-delà de la pratique proprement dite, il s’agit bien d’un cheminement, toujours spécifique. Au-delà des bienfaits physiques et mentaux, la pratique de Yoga est un formidable soutien de l’individu dans ce cheminement.

Une rencontre.

Évidemment, ces multiples dimensions ne sont pas prises en compte – de manière concrète – dès le premier cours! Il s’agit avant tout d’une rencontre entre un pratiquant et un enseignant. Le pratiquant exprime oralement certains éléments de sa réalité du moment (soucis et limites physiques prioritairement). Son corps aussi exprime, parfois en complétant et confirmant ce qui a été dit, parfois en infirmant et en mettant en lumière une toute autre dimension (émotionnelle, par exemple). En tant qu’enseignant, je me représente mentalement le processus évolutif qui va guider les prochaines séances (en collectif ou en individuel). Pas à pas donc!

Dès les premiers moments de rencontre, je prends en compte avec prudence, les diverses informations : celles données par le pratiquant et celles observées par moi-même. De celles-ci émergent une hypothèse de travail et un fil conducteur. Chaque mouvement et chaque enchaînement au sein de la séance viendront me donner l’information nécessaire : poursuivre dans cette direction ou modifier le fil conducteur…

Nous avancerons ainsi progressivement en suivant une logique, suffisamment souple pour accueillir les remises en question, et suffisamment ferme pour être “soutenante et structurante”. Au fil des séances, d’autres éléments propres au pratiquant viendront nourrir et éclairer le cheminement. C’est ainsi que l’on peut constater – et vivre – le lien existant entre les différentes dimensions qui composent tout être humain. Ces interactions entre ces dimensions forment toute la richesse et la complexité de l’existence…

La pratique de Yoga adaptée à la personne offre cette réelle opportunité : de nombreux bienfaits physiques et émotionnels peuvent se vivre déjà à court et moyen termes. Suite à une pratique régulière, l’énergie vitale circule davantage, ce qui modifie également le regard que l’on porte sur soi et sur le monde notamment. Cette pratique adaptée permet aussi d’expérimenter un cheminement dans un cadre structurant et en lien avec sa propre réalité. Un soutien à son évolution intérieure.

La confiance et l’engagement nécessaire.

La rencontre entre le pratiquant et l’enseignant suppose une relation de confiance qui se construit au fil des séances. Une confiance nécessaire et réciproque. Pour ouvrir les possibilités de changement, l’engagement du pratiquant est indispensable ; un engagement progressif qui suit le déroulement propre de la personne. L’engagement de l’enseignant est également primordial en vue de soutenir de manière sécure la personne qu’il accompagne. Cet engagement mûrit progressivement et est intimement lié à cette confiance réciproque.

Le Viniyoga est une tradition qui mobilise les ressources internes de la personne. Il s’agit donc d’une tradition non invasive qui donne la “responsabilité du soin” au pratiquant même. Il possède ainsi les clés de sa propre émancipation. L’enseignant déploie les différents outils subtils du Yoga en vue d’accompagner en conscience le cheminement du pratiquant.

Le contexte de confiance qui entoure ce processus d’évolution permet un cheminement tel un marcheur de fond qui mobilise ses ressources propres afin d’accueillir au mieux les dénivelés ou les moments de fatigue.

Ainsi, les séances peuvent également révéler des moments complexes et éprouvants ; des moments charnières qui ouvrent vers davantage de lumière intérieure. En tant qu’enseignant, je tente de m’approcher au plus près de la réalité de la personne et de ses “ambitions” propres. Mon attitude est à l’écoute du déroulé intérieur du pratiquant ; celle-ci ne doit pas être complaisante. Certaines séances pourront donc “bousculer” l’équilibre habituel.

Cette démarche individualisée possède une portée thérapeutique selon la définition suivante : est thérapeutique ce qui améliore la confiance et l’engagement dans les relations. Relation(s) à soi, relation(s) à l’autre. C’est être également à l’écoute de son corps et de ses expressions ; c’est ressentir la vitalité de son souffle ; c’est identifier la confusion qui nous anime trop régulièrement… Il s’agit d’un engagement auprès du Yoga.

La réalité de la personne.

Lorsque je tente de m’approcher de la réalité de la personne, je sais que celle-ci “n’est pas nécessairement là où je l’imagine”. Très souvent, elle possède déjà un temps d’avance. L’enseignant doit garder à l’esprit qu’il s’agit d’une démarche que de se rapprocher de la réalité de l’autre, et non un objectif ultime ou un état de fait statique. Cela questionne l’ambition même de l’enseignant : amener l’autre à un point que l’enseignant souhaite lui-même, ou accompagner l’autre vers ses propres vérités? Avant tout, l’enseignant se doit de clarifier son propre cheminement et notamment au sein du Yoga. Sa propre trajectoire de vie sera toujours distincte de celle d’une autre personne. Autant pour le pratiquant que l’enseignant, les remises en question serviront l’élan vital qui alimente les séances de Yoga. En toute humilité.